SIMON GIRAULT-TÊTEVIDE
SCULPTURES / INSTALLATIONS

















marcher avec les rats

















faire suer des têtes en fromage au soleil






















Se laisser répandre et pour rire






GALERIE SOUS TERRE


- reconstituer un sol
- replanter une petite forêt d'arbres morts
- construire une cabane
- se frayer un chemin
- pratiquer un escalier de terre



CORPS FROMAGE


- spots - chauffer
- provoquer la sudation du corps, puis l'affaissement et la coulée de la totalité de la masse du corps
- dégager une odeur
- accélérer la décomposition et le pourrissement



LE PLANCHER DES VACHES
( série de photos présentées à l'intérieur de la galerie souterraine )


- fausses jambes - tourner sur soi-même - léviter








donner corps






















bouuuuh

















jardin mobile




collaboration avec cédric couturier et sophie fougy











Matériel:



-120 rouleaux d'herbe naturelle (60 mètres-carrés)
-2 modules sur roues (double fonction: haies et rangement des rouleaux d'herbe)
-1 poubelle
-1 cerisier montable et démontable à volonté avec son pied télescopique et son sac de terre
-2 bancs amovibles transformables en remorque tractable
-1 cage de jeu type square ( structure articulée )
-1 sani-chien
-1 fausse mare (eau stagnante, herbes aquatiques et poisson rouge)
-1 fausse altère de 5 kilos ( poids véritable 1 kg )
-3 plateaux pliométriques ( jeux d'équilibre ) en forme de diques vinyl








Dès le premier jour , le grand module qui venait désigner le jardin mobile en tant qu'oeuvre d'art faisant partie de la biennale de Turin s'est jeté dans la rivière tout juste comme si on l'y avait poussé ( héhé ). Après ça, ce jardin, ce décor pouvait être pris au premier dégré par les habitants qui le découvraient, et sa nature mobile, son principe de montage , de vie ponctuelle en un point donné de la ville puis de démontage étaient désormais libérés de toute référence au champ de l'art.



Le jardin public est un lieu de détente: familles, enfants, personnes agées gravitent, y errent, y attendent ou s'y reposent un temps donné. Nous voulions jouer de l'ambiance d'un tel espace.

Un jeu avec l'usage réel que l'on peut faire de la ville.
Détournement architectural. Expérimenter les effets de réalité d'un décor modulable et mobile composé de pièces réelles (herbe,arbre réels...)





Plusieurs identités nous sont devenues nécéssaires afin d'oeuvrer à la disparition complète du jardin mobile en tant qu'oeuvre d'art.

Nous sommes devenus tout d'abord jardiniers par la force des choses pour l'entretien, l'arrosage de l'herbe et des plantes composant les haies mobiles. Trois costumes de jardiniers de la ville de Turin, une clef d'égouttier pour se connecter au réseau de l'eau.

Aux heures creuses , nous étions badauds observateurs , bronzeurs, pic-niqueurs,fumistes puis nous changions encore une fois de registre d'identité pour entrer dans d'autres formes d'apparitions discrètes pratiquant divers menus décalages comportementaux.

S'immiscer dans l'espace social et architectural, y disparaître pour y introduire et y tester différents degrés d'apparition d'actions possibles.

Ces activités de performeurs pour les uns s'accompagnaient d'un nouveau basculement de l'identité des autres devenant ainsi badauds-photographes,identité permettant discrètement le réel travail d'image et de documentation des actions des uns et des autres.




Une fois avoir passé une semaine en un point précis de la ville , le jardin se repliait sur lui-même pour aller se greffer ailleurs. Nous avons ainsi pû testé 3 localisations du jardin :


- la première en prolongation d'un réel jardin public (fixe) le long des quais bordant une rivière

- la deuxième sur le désert organisé d'une gigantesque place bordée de commerces chics

- la troisième sur un coin de trottoir en banlieue dans le quartier napolitain










premier jardin







- faux jogger avec coulées de sueur postiches collées sur le front, fausses taches de sueur peintes au vernis sur le t-shirt, gel effet mouillé sur les cheveux et jeu d'halètement de la respiration due à une course de fond fictive













deuxième jardin






- corps double ( deux personnes dans un vêtement et une paire de chaussures uniques, chacun donnant un bras à ce corps monstrueux mais potentiellement crédible ) se livrant avec les soucis que cela peut comporter d'avoir deux bras étrangers l'un à l'autre à plusieurs activités de préparation de salades de fruits sur stand
(action en collaboration avec sophie fougy et cédric couturier)










- port et manipulation d'un faux ventre proéminent d'une dizaine de litres d'eau
(action cédric couturier)















troisième jardin












- se faire fumer la tête de nuit par temps humide sous un lampadaire enrichi d'un spot
(action sophie fougy)














Forêt


( installation-performance )













Carnaval


( installation-performance )













Le chasseur et la proie
















Réduit à sa plus simple expression



technique: moulage

taille: 1 mètre